Thursday, September 3, 2009

Les vrais alarmistes

"Les scientifiques ont été accusés pendant des années d'être des alarmistes. Mais les vrais alarmistes, ce sont ceux qui disent que l'on ne peut engager une action pour le climat car cela ralentirait la croissance économique".

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, 3e Conférence de l'ONU sur le climat, jeudi 3 septembre 2009 (rapporté par Le Monde).

3 comments:

danielbroche said...

le sens profond de ce message m'échappe complètement...

Cedric said...

Voici ce que le message signifie pour moi:
les scientifiques qui annoncaient des changements inquietants du niveau de la mer, de l'etendue et la frequence des secheresses et innondations, etc..., dus au rechauffement climatique, ont longtemps ete accuses d'etre alarmistes sous pretexte que les incertitudes de leurs resultats etaient trop grandes pour qu'on puisse s'en alarmer reellement. L'evolution des dernieres dizaines d'annees ont montre que les pires previsions sont en train de se produire, et qu'il est donc en effet necessaire de s'alarmer.

De la meme maniere, les economistes (en tous cas les classiques) s'alarment en disant qu'on ne peut rien faire pour reduire notre consommation d'energies fossiles, car cela reduirait la croissance economique et donc (dans leur logique du moins) cela augmenterait la pauvrete dans le monde.
Etant donne les incertitudes de leurs modeles, qui sont bien plus grandes que celles des modeles pour predire l'evolution du climat (les lois physiques sont verifiees experimentalement, les lois economiques ne sont que des postulats souvent contredits par les observations, je caricature a peine), on peut les accuser aussi d'etre alarmistes. Et si une nouvelle economie basee sur le developement des energies renouvelables, sur une production de biens locale et a petite echelle, mobilisant une forte main d'oeuvre plutot que de la reduire avec l'automatisation de tous les procedes industriels (je viens de voir une video sur la facon dont les poussins sont traites en production industrielle, ca fait vomir, mais je m'eloigne du sujet...), ne ferait pas au contraire "croitre" l'economie, dans le sens ou le chomage et la pauvrete seraient reduits, et les gens seraient plus heureux dans leur boulot et dans leur vie?

François Ascani said...

Tout a fait d'accord!