Tuesday, December 25, 2007

La monnaie-trompe-la-mort

Une analyse psychologique intéressante de l'attrait de l'argent:

"Mais pourquoi suis-je atteint par cette boulimie d'avoir(s) ? Pourquoi cette soif inextinguible d'accumulation de capital qui agite l'humanité, surtout ceux qui ont déjà le plus accumulé ? La volonté de pouvoir ? Mais pourquoi ? L'hypothèse freudienne: l'angoisse de la mort. Posséder, jusqu'à satiété, biens matériels et symboles qui y sont associés rassure en procurant un ersatz d'éternité. Mais le leurre ne trompe pas longtemps les assoiffés. Aussi ne peut-il fonctionner qui si la possession de capital est réservée à une frange minoritaire maintenant à distance la plèbe majoritaire. Si j'ai et que tu n'as pas, je suis (ou, du moins, je crois que je suis) plus que toi. Cette soif de capital exprime la tentative désespérée de l'homme de fuir sa condition ou de lui trouver un exutoire. Le spectre de la mort est éloigné et exorcisé par la passion de la richesse assouvie grâce à l'argent. Comme ils sont tous promis au même sort, les angoissés se détendent en prenant la substance de l'autre.
La monnaie est le reflet des antagonismes sociaux et en même temps le moyen de canaliser la violence présente dans les sociétés humaines à l'intérieur de rails à peu près supportables, c'est-à-dire vers cette soif de richesse, exutoire à l'angoisse morbide le plus accessible, et susceptible de dégénérer de façon un peu moins violente que le fanatisme religieux ou la conquête du pouvoir: la monnaie comme substitut aux rites sacrificiels, l'exploitation de l'homme par l'homme comme vestige de l'anthropophagie."

Jean-Marie Harribey, La Démence sénile du capital (cité par Bernard Maris dans l'Antimanuel d'économie. 1) Les fourmis, chapitre "L'argent").

3 comments:

Daniel said...

Vivement qu'on arrive à cette fameuse immortalité que l'on passe à autre chose

François Ascani said...

Bien que vous notiez un aspect négatif de la mort, je vous garantis que la vie deviendra bien triste le jour ou les hommes deviendront immortels. Certains peut-être choisissent l'argent et le pouvoir pour oublier qu'ils mourront un jour, d'autres utilisent l'art, la créativité, les exploits sportifs, etc. Et les plus grands d'entre nous n'ont pas attendu la mort pour mourir à trente ans.

Cedric said...

Mais comme les hommes ne deviendront jamais immortels (c'est dans combien de temps deja Dany que tu as prevu l'immortalite pour les hommes ?), cela ne risque pas d'arriver, et c'est tant mieux ! On est deja bien assez nombreux sur terre, alors si en plus les gens ne meurent plus naturellement, on va tout droit a la catastrophe !

PS: Francois, peux-tu eclaircir ta derniere phrase ?