Monday, August 25, 2008

Des prophètes de malheurs

À la question suivante de Frédéric Lenoir:
"Il y a dans l'histoire une longue tradition de cassandres et de prophètes de malheurs. Ne craignez-vous pas d'être assimilés à ces annonciateurs d'apocalypse imminente ? Les cris d'alarme lancés aujourd'hui par vous et par d'autres ne sont-ils pas un couplet de plus dans cette longue litanie ? Sont-ils vraiment fondés sur des faits bien établis ?",
Hubert Reeves répond:
"C'est la question que nous devrons garder à l'esprit tout au long de ces chapitres. Nous essaierons d'estimer au plus juste le degré de crédibilité de ces assertions. Le devoir du scientifique est de jauger avec un esprit critique la mesure des menaces actuelles et de présenter les résultats et leurs éléments de preuve avec la plus grande prudence.
Nous ferons grand cas de ce qu'on appelle le « principe de précaution* ». Doit-on, en effet, attendre d'avoir la preuve complète et irréfutable de l'existence d'un danger pour le prendre au serieux ? Si vous voyez de la fumée dans votre cuisine, vous vous alarmerez avant d'avoir la certitude absolue qu'il y a le feu...
Incidemment, on peut constater que les prévisions alarmistes du passé, même lorsqu'elles se sont révélées exagérées ou erronées, ont souvent joué un rôle utile. Leurs signaux d'alarme ont largement contribué à réduire l'ampleur des catastrophes annoncées.

Prenons par exemple les alarmes concernant l'avenir de la biosphère. La prise de conscience de ce problème remonte au début des années 1960. Dans un livre célèbre, The Silent Spring, Rachel Carson exprimait les plus vives inquiétudes face à l'utilisation massive d'un nouveau pesticide, le DDT, qui allait selon elle exterminer les oiseaux et empoisonner des millions de personnes.
En 1968, selon Lamont Cole, écologiste à l'université Cornell, la combustion des carburants fossiles allait réduire l'oxygène atmosphérique au point de rendre l'air irrespirable.
Dans son livre The Population Bomb, publié en 1968, Paul Erlich annonçait que le smog (pollution atmosphérique créé par la combustion du charbon) allait tuer des dizaines de milliers de personnes, que l'Inde allait subir des famines massives et qu'avant l'an 2000 les eaux des océans seraient toxiques et vides de poissons.
Ces catastrophes, fort heureusement, ne se sont pas produites telles qu'annoncées. Mais ces déclarations ont joué un rôle important pour la suite des événements. En partie grâce au livre de R. Carson, l'emploi du DDT a été largement interdit, même si ses effets sont encore présents. Cole se trompait: brûler les carburants ne réduit pas l'oxygène de l'air, mais engendre l'effet de serre et réchauffe la planète. Son alerte a eu l'effet heureux de soulever cet autre problème, d'une extrême gravité. Les famines indiennes annoncées par P. Erlich ont été évitées grâce à la révolution verte, mais l'Inde, ayant doublé sa population, affronte le futur avec beaucoup moins de forêts et de terres arables. Les océans ne se sont pas vidés de leurs poissons à l'échelle décrite par P. Erlich. Mais de nombreuses espèces sont à ce point décimées aujourd'hui que leur pêche est interdite.
Les « alarmistes » se sont peut-être parfois trompés, ou ont exagéré les problèmes, mais ils ont joué un rôle important en donnant un signal d'alarme nécessaire."

* Le « principe de précaution » défini par l'ONU en 1994 s'énonce ainsi:
« Quand il y a risque de perturbations graves ou irréversibles, l'absence de certitudes scientifiques absolues ne doit pas servir de prétexte pour différer l'adoption de mesures.»

Hubert Reeves, Mal de Terre, prologue "L'avenir de la vie sur la Terre" (et notes du prologue).

3 comments:

Davy said...

Bonne réponse d'Hubert Reeves, mais les propos de Claude Allègre sur le sujet en annulent largement l'effet (en vertu de la loi qui dit que si une personnalité dit qqchose et qu'une autre la contredit, c'est la dernière qui a raison !!!)

François Ascani said...

c'est quoi c'est loi bidon?, qui, d'apres elle, s'annulerait par ma simple question. Un vrai noeud gorgien en l'occurence, que Godel declarerait comme non demontrable, donc non recevable...

Davy said...

Désolé mais tu n'es pas une personnalité et tu n'as pas eu une couverture médiatique suffisante pour avoir un impact.
La loi n'est pas prouvée, mais de nombreuses observations montrent qu'elle est vraie la plupart du temps !!!
Mon commentaire est une boutade, juste histoire de mettre en avant cette malheureuse loi des médias...
La presse grand public n'a malheureusement rien à voir les méthodes de fonctionnement des revues scientifiques, et le lectorat est également moins critique...