Tuesday, January 1, 2008

La logique sans le coeur

Commençons la nouvelle année avec un coup de gueule (de bois):

"Le principe d'un « marché de la pollution » a des conséquences terribles sur la localisation des activités polluantes. Lawrence Summers a été membre du staff de la Banque mondiale et chef des conseillers économiques du président Clinton, avant de devenir président de l'Université de Harvard. En 1991, il écrit ceci: « Les pays sous-peuplés d'Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l'air y est d'un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles. Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays les moins avancés... et se préoccuper davantage d'un facteur aggravant les risques d'un cancer de la prostate dans un pays où les gens vivent assez vieux pour avoir cette maladie, que dans un pays où deux cents enfants sur mille meurent avant d'avoir l'âge de cinq ans. Je pense que la logique économique qui veut que des masses de déchets toxiques soient déversés là où les salaires sont les plus faibles est imparable. » Que vaut la vie humaine ? Sa durée multipliée par son salaire annuel. Ainsi, elle vaut très peu de chose au Zimbabwe, mais beaucoup à New York. Un mort à New York coûte très cher à l'humanité, un mort à New Delhi ne coûte rien. Transférons donc les facteurs morbides du Nord au Sud."

Bernard Maris, dans l'Antimanuel d'économie. 1. Les fourmis, chapitre "La croissance".

Logique imparable en effet. Mais la logique sans le coeur rend con.

2 comments:

Dave said...

Il s'agit d'une logique de comptable, qui a une vision du monde complètement statique et qui ne laisse aucune place au potentiel, à la création. Ce monde figé est aussi glacial que le coeur de ceux qui le font. A court terme cette logique est (malheureusement) pertinente et fait la fortune des requins bien au chaud dans les grandes places financières. A long terme le riche new yorkais se trouvera bien mal lorsqu'il n'y aura plus d'indien de chinois ou d'africain pour tisser ses vêtements, monter ses lecteurs DVD...

Cedric said...

et surtout quand lesdits indiens, chinois, africains et sud-américains viendront tous squatter à New York car leur pays sera devenu invivable !...